3. EVOLUTIONNAIRE

par Thierry Onteniente

 

 

Évolutionnaire.

 

N'est ce pas un joli mot ?

 

 

Comme révolutionnaire, mais sans en être.

 

Évolutionnaire, simplement, pour en être.

 

 

 

 

3. EVOLUTIONNAIRE

 

 

 

Petit chemin, fait de solitude.

 

Petit chemin, fait de silences.

 

 

Une évolution en circonvolution

 

Ancrée dans la chaîne d'union.

 

 

 

 

 

Une construction au long cours.

 

 

 

 

Regards 

 

Au travers d’Arte, et de ses reportages à disposition

 

 

Le monde tourne au rythme des sciences

 

Le monde tourne au rythme des passions

 

 

 

Un Stéphane Hessel en intention

 

Un Pierre Rabhi en poète philosophe

 

Et combien d'autres...

 

 

 

Je regarde des petits colibris dans leurs instants subtils

 

Venant exprimer la nécessité qui s’impose depuis longtemps.

 

 

 

 

 

 

Pour quoi ?

 

 

 

 

 

Ci-dessous des liens

Des points de motivations

 

 

 

 

 

Pour que cette matière que l’on oublie de respecter,

 

Et que l’on jette avec facilité trouve du sens.

 

Pour et contre ces putains de plastiques,

 

Symboles de tant de chimies mal maîtrisées.

 

Contre Les dégâts à grande échelle que nous infligeons à cette planète

 

Et qui se retrouvent dans nos assiettes.

 

 

Absurde?

Illusions?

 

 

Souvent entendu.

Trop entendu.

 

 

      

Oui effectivement

 

Absurde dans un regard inerte,

Absurde dans un réflexe primaire.

 

 

 

Observer, au travers de nos comportements de bout de trottoir,

 

en regardant nos poubelles,

 

c’est ainsi que l’on peut analyser le degré d’évolution et de conscience

 

d'une société qui devient absurde :

 

 

Consommation qui laisse croire que l’on remplace avec facilité.

 

Consommation qui laisse croire que l’on existe.

 

 

Société en surconsommation, en surchauffe des derniers instants,

 

condamnée par les algorithmes boursiers

 

qui en oublie la valorisation de la matière dans sa notion de recyclage.

 

 

 

 

Oui

 

 

 « Dans l’histoire de l’humanité,

 

Nous n’avons jamais autant produit.

 

Nous n’avons jamais autant consommé. 

 

Nous n’avons jamais autant jeté.

 

Nous n’avons jamais autant impacté la planète.

 

Terre comme on la nomme »

 

 

 

Oui, c’est ça l’anthropocène.

 

Une réalité bien nouvelle, au gout de progrès.

 

Une réalité qui inscrit l’homme dans une ère géologique, nouvelle.

 

Où l’impact de l’humanité sur la planète est exponentiel.

 

 

 

Oui, c’est comme ça.

 

Surtout quand chacun vient exprimer l’impuissance.

 

Surtout quand chacun, certain, choisissent la fatalité en puissance.

 

Overdose d’un regard qui observe la gabegie.

 

Je m'incline dans un regard qui observe les plastiques et autres chimies

 

s’immiscer dans tous les recoins, comme une vague scélérate,

 

souterraine, souveraine.

 

 

Avez- vous fait l’expérience, vous qui me lisez ?

 

Avez- vous fait l’expérience, en vous levant le matin,

 

d’observer combien de fois votre regard croise les plastiques

 

Sur toute une journée ?

 

Simple jeu d’observation,

Simple jeu de regard et de toucher.

 

Faites l’expérience.

 

Plastique si pratique, certes,

il ne s'agit pas de changer le monde.

 

 

Nature humaine, qui transforme à grande vitesse,

 

sans pouvoir descendre du train, comme certains disent,

 

Ne m’a-t-on pas appris que ce qui existe d’humanité,

 

n’est que la somme des actions qui font notre humanité ?

 

Quelles que soient nos philosophies ?

 

Quelles que soient nos religions, ou notre athéisme ?

 

 

 

 

Et même, même si la société se mobilise à tous les étages,

peu à peu,

Et même si le mouvement de réaction est présent,

Ironie, il reste beaucoup trop lent.

 

Inerte devant la réalité qui s’impose chaque jour.

 

N'est ce pas, aussi, de l'absurde ?

 

 

Un exemple de possible à grande échelle:

 

Quand l'on sait que la filière du recyclage pourrait créer 

200 000 emplois, en France 

 

Sans compter l'impact de satisfaction.

 

De ce

"Il faudra 200 ans pour faire bouger..."

 

Si souvent entendu

 

Il s'agit simplement de participer, d'accompagner une évolution certaine.

 

 

 

 

Comment ?

 

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous le lien    "indignez-vous"

Un dernier texte de Stéphane Hessel

 

Stéphane Hessel

"Indignez-vous"

 

CLICK ON

 

 

On pourrait parler d'action poétique

 

Par compensation, sans aucun doute, face à l'absurde.

 

Par nécessité de transmission sans aucun doute.

 

Par amour pour une forme d’engagement pour des petits « riens »

 

Qui peuvent devenir un « Tout ».

 

 

Construire un univers

 

Ecrire un livre, un blog, un site,

 

Photographier la beauté

 

Peindre en sculpture

 

Re-Cycler sous toutes ces formes

 

Est une mise en action avec des petits riens.

 

 

Depuis 10 ans engagé dans cette dynamique,

 

C'est une forme de réalisation qui s'est mise en place.

 

Un développement.

 

 

Dans la philosophie du Slowdesign,

 

 Rendre et participer,  partager et sensibiliser

 

sont au cœur de la démarche.

 

 

Des expositions uniquement locales.

 

Des performances en libres pensées, en libre anonyme

 

Rien que pour donner du sens

 

Rien que pour rendre à ceux qui font confiance

 

 

« Tiens, je sais que tu en feras quelque chose… ».

 

 

Oui

 

Le désir de partager un sentiment

 

Un regard, une idée

 

Peut devenir le début d'une création.

 

 

Planter une sorte d'arbre de Noël, un peu spécial, en Re-Cyclage

Dans la citadelle de Villefranche sur mer

Sous le regard des enfants,

N’a pas été facile à mettre en place.

 

Tant le regard d’autrui, de chacun,

Cherche la performance du consommable, la satisfaction du consommé.

 

Moi aussi sans savoir ce qu'est l'art,

seuls les encouragements de ce couple de retraités ont été entendus:

 

"Continuez, vous faites bouger, avancer..."

 

 

Planter les filets à planctons,

Ceux récupérés de l'observatoire Océanologique de Villefranche sur mer

Plantés, enveloppés sur les magnifiques statues de Volti,

Les Femmes,  passion d’artiste

A été fait avec respect, en toutes responsabilités

Pour faire le lien:

 

Le lien entre Volti et l'Observatoire Océanologique de Villefranche/Mer

Le lien entre l'Art et les Sciences

Le lien entre la femme et la mer

 

Ainsi parées, voilées avec des filets en soie, sans rien dire,

les réactions ont été vives, (heureusement)

 

Les dévoiler pour le 8 Mars,

 

Journée internationale des droits de la femme

 

fut l'acte engagé.

 

 

 

 

Et combien d'autres expositions, en slow ?

 

Avec le plaisir de faire ensemble.

 

 

 Avec le collectif des artistes,

 

Avec l’Association du lavoir : la Bugadièra,

                         

Avec l’Association Promenade Poétique,

 

Avec l’association Be hOpe,

 

Avec aussi l’association Rêve d’O,

 

Avec l'Association Actes Ressources.

 

du local en Slow.

 

 

 

 

 

 

 

Expérimentation du recyclage

Qui porte vers le développement personnel

C'est une forme d'école du recyclage en  construction, en mouvement.

Lentement. Patiemment.

 

 

 

Comme un bout de bois travaillé à la gouge,

 

L'Atelier Loft sans fins, se construit, dans un travail de chaque instant.

 

 

C’est tout le concept de cet espace.

 

Une architecture en mouvement, qui se nourrit de petits riens

trouvés au bord de la route.

 

Une architecture en devenir:

 

Par nécessité au rythme des trouvailles.

 

Par nécessité au rythme de matières déjà éprouvées.

 

Par nécessité au rythme des idées, des pensées associatives,

des projections.

 

 

Forcément, celui qui est dans le mécanisme automatique :

 

 « J’ai besoin...je rentre dans un magasin »

 

Mettra du temps à comprendre cette construction,

 

cette dynamique de la patience imposée.

 

 

 

Effectivement, observer sur le trottoir la matière abandonnée, le soir,

 

Comme une balade poétique devient une forme d'activisme.

 

 

Condition première du pacte:

 

Laisser le « hasard » venir jouer avec le regard,

Stimuler la mécanique de l’imaginaire.

 

 

"Qu'est ce que je peux faire de ça?"

 

 

Mécanisme qui vient trouver des possibles en ressorts créatifs

Qui prend toute sa dimension avec des objets

sans aucune valeur marchande 

 

Modulable au possible,

 le travail de transformation, interdirait presque la finitude.

 

 

 

 

 

 

 

 

La question, sans cesse posée, reste à la limite du philosophique.

 

 

« Qu’est-ce que je peux faire de ça ? »

 

Elle sonne bon le mouvement.

Elle sonne bon le vent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour qui ?

 

 

 

 

 

 

Pour toi, pour d’autres, pour tous.

 

Pour moi, pour mes enfants, pour nous bien évidemment.

 

 

Pour que tu t'en inspires et le développe à ta manière.

 

 

 

 

Point de démarche en conflits,

 

Point de pensée en confrontations.

 

Seule l’unité d’une prise de conscience simple,

 

Celle d’un enthousiasme commun qui cherche l’action

 

Pourrait trouver son possible 

 

 

 

 

 

Le défi est là, aujourd'hui présent

Dans ce filet d’eau, en miroir

Dans cette nature qui nous porte.

 

 

 

 

Aussi,

Ne dit-on pas que l’Art est politique ?

 

 

 

 

A moins que ce soit le Slowdesign

 

 

3. EVOLUTIONNAIRE
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :