Hystérie et art

par Thierry Onteniente  -  10 Janvier 2020, 07:09

 

 

 

 

Alors que les expériences de Charcot à la Salpêtrière

sont le prélude à une réflexion théorique sur l'hystérie,

le poète Baudelaire s'interroge sur l'usage que l'artiste pourrait faire de l'application

volontaire des phénomènes qui attirent ainsi l'attention des savants de son temps :

 

 

« L'hystérie !

Pourquoi ce mystère physiologique ne ferait-il pas le fond et le tuf d'une œuvre littéraire, ce mystère que l'Académie de médecine n'a pas encore résolu, et qui, s'exprimant dans les femmes par la sensation d'une boule ascendante et asphyxiante (je ne parle que du symptôme principal), se traduit chez les hommes nerveux par toutes les impuissances et aussi par l'aptitude à tous les excès? »

 

 

 

 

En définissant ainsi le projet d'une expérimentation volontaire

d'une symptomatologie alors comprise comme essentiellement féminine,

rompt avec la simple conversion connue des romantiques et des générations antérieures,

inaugurant une pratique dont la trace se retrouve dans tout l'art ultérieur,

des outrances littéraires de Lautréamont à celles de Dada,

jusqu'à certaines de ses manifestations les plus contemporaines.

Wikipédia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Nous sommes en 2020:

 

 

 

 

 

 

Vous dire que le mot hérésie n'est pas loin,

C'est effectivement cette sensation, ce sentiment ressentit, subit,

Depuis longtemps, déjà.

Une constatation,

Une réflexion,

Une analyse, qui invite au-delà des portes fermées,

bien au-delà des confrontations primaires.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous allons donc parler d'hystérie.

D' hystérie créative.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment faire le lien entre Sciences et Art ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un simple mot,

convaincu que des changements doivent s’opérer dans l’intérêt de tous.

 

 

 

 

 

 Re-Cyclage 

 

 

 

 

 

 

            Le présent article fait office "d'article de motivation »

                             pour une hystérie pas si nouvelle.

 

Pour vous inviter à partager une démarche,

celle du recyclage, comme un point central.

 

 

Une démarche sans limites, tant nous avons produit.

Une démarche sans limites, tant nous faisons peu face aux enjeux.

 

 Pourtant nous faisons au mieux et il nous reste tout à faire.

 Aussi à l’instar d'un Stephan Hessel : 

             

                 l’art et la créativité sont bien les enjeux de demain.

 

 

 

C’était le pacte, il y a 10 ans.

 

Employer le mot « Re-Cyclage » à tous va.

N’importe où, n’importe quand.

Avec n’importe qui.

 

Comme une provocation dans les apparences.

Comme une hystérie.

Comme une nécessité dans son état d’être.

 

Une forme d’hystérie volontaire,

                                  et de l’hérésie, en conséquences.

 

 

Oui, rêve et illusions, le pacte a commencé ainsi.

Il y a 10 ans, sur un projet artistique.

 

 

 

 

La vidéo ci dessous est un travail au long cours,

à la peinture à l'huile, comme une sculpture.

 

Ce tableau a suivi les principes de la sérendipité.

Et se veut symbolique du Re-Cyclage.

 

En mouvements, en transformations,

chaque jour photographié.

 

 

Seul travail numérique:

                        l'inversion de polarité qui offre un autre regard.

 

 

 

"200 ans"

 

Le temps qu'il nous faudra...

Sur cette magnifique musique d'Ezio Bosso

                         Pour redonner les lettres de noblesses à la lenteur,

                        Pour redonner aux sentiments premiers,

                                              l’absolue créativité.

 

 

 

 

 

Hystérie créative,

              face à l'absurde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Re-Cyclage »  ?

 

 

 

                   

  Petit mot à employer 10 fois par jour.

 

 

Juste pour voir les réactions,  dans les altérités.

Juste pour sensibiliser,  si besoin en était.

Juste pour favoriser, un mouvement en plein développement. 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :